Présentation

Créé en 1982, par Alain Sanchez, le chœur Villanelle Evian rassemble actuellement 70 choristes d’Evian et des communes voisines.

Pourquoi avoir choisi ce nom « Villanelle » ?

Parce qu’il associe dans ses différentes définitions le texte, la danse et la musique bien sûr.

C’est tout d’abord une sorte de poésie pastorale dont les couplets finissent par le même refrain.

C’est aussi une ancienne danse rustique,accompagnée de chants à l’époque du Moyen Age.

C’est enfin une mélodie ou un air d’instruments (villanelle ou passacaille) composé sur le modèle de cette danse.

Plus de 30 ans d’existence…

De 1982 à 1992, sous la baguette de son chef de chœur fondateur, le chœur aborde le répertoire de la chanson contemporaine française et étrangère.

1993 marque un tournant important, par l’interprétation du Requiem de Mozart et l’accès au répertoire des grandes œuvres majeures écrites et composées pour chœur, solistes et orchestre des grands musiciens du XVII° au XIX° siècle. ( Beethoven, Fauré, Durante, Elgar, Gounod, Mendelssohn, Mozart, Schubert, Vivaldi, Vierne…)

Véronique Donnet reprend les rênes du chœur en 1997 puis les laisse à Agnès Lafosse-Schnyder de 1998 à 2000.

De 2000 à septembre 2007, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre pour le chœur sous la direction de Claude Nicolas-Crausaz.

Les chefs internationaux et invités ( E. Schelle, L. Turchi, JM Curti) permettent alors  au chœur de présenter au public des oeuvres originales tant par l’aspect musical que par la mise en scène ( Carmina Burana de Carl Orff, Requiem de verdi, Misa Tango de Bacalov).

Alain Sanchez reprend alors la baguette lors du premier semestre 2008.

En septembre de cette même année, le chœur accueille Sylvain Croisonnier qui le dirige actuellement. C’est  à ses côtés que la Villanelle fête son trentième anniversaire en décembre 2012 à la Grange au Lac lors d’un concert exceptionnel consacré aux airs d’opéras.

De Gounod à Clapasson en passant par Haydn, le choeur renouvelle sans cesse son répertoire.

2015 fut argentine puisque le choeur s’est tourné vers la Misa Tango de Martin Palmeri et a donné un véritable spectacle chantant et dansant en décembre dernier à la Grange au Lac d’Evian.

Le programme de 2016 se partagera donc encore entre ces sonorités sud-américaines reprises trois  fois en concert notamment au festival Lind’art le 30 juillet prochain et le Magnificat de John Rutter qui clôturera en décembre à Evian une nouvelle saison.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s